Menu
The Lost Child
  • Tout support
  • PS4
  • Switch
  • Vita
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
sup-ss.com / Tous les jeux / Jeux RPG / Derniers tests jeux vidéo / The Lost Child /

Test The Lost Child du 09/07/2018

Test : The Lost Child : Investigations chimériques
PS4 Switch
The Lost Child
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Ayden_
L'avis de Ayden_
MP
Journaliste sup-ss.com
09 juillet 2018 à 18:00:00
11/20

Lecteurs sup-ss.com
L'avis des lecteurs (2)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
19.5/20
Tous les prix
Prix Support
39.99€ Switch
49.84€ PS4
49.99€ PS4
65.39€ Switch
Voir toutes les offres
Partager sur :

Avec ses vocalises rappelant les exploits héroïques de Kusanagi dans Ghost in the Shell, The Lost Child est un dungeon-crawler qui instaure, dès son écran-titre, une atmosphère pesante et mystérieuse. Mêlant exploration, visual novel et combats au tour par tour, l’enquête mène le joueur sur les traces d’entités mystiques dans les rues de Tokyo. Avec sa centaine de créatures à capturer et ses nombreux personnages, The Lost Child vient poser son empreinte dans le cercle très fermé des productions du genre. Fruit de Takeyasu Sawaki, à qui l’on doit le déroutant El Shaddai, voici une œuvre qui ne laisse pas insensible.

The Lost Child : Investigations chimériques

Hayato Ibuki, journaliste spécialisé dans l’occulte, enquête sur de mystérieux suicides. Depuis peu à Tokyo, les cas d’individus se jetant sur les rails de métro se multiplient et le jeune garçon a pour mission de tirer ces évènements au clair. Un jour, alors qu’il est victime, à son tour, du phénomène, il rencontre une étrange jeune fille qui lui remet une valise. En réalité, il s’agit d’un dispositif ésotérique permettant de capturer des entités célestes et arcaniques. Au gré de ses investigations, Hayato va arpenter des mondes parallèles hostiles appelés Layers. Ces donjons, remplis d’entités maléfiques et d’êtres célestes, les Astrals, sont la clé de la vérité.

The Lost Child : Investigations chimériquesThe Lost Child : Investigations chimériquesThe Lost Child : Investigations chimériques

MONDES PARALLÈLES


The Lost Child : Investigations chimériques

Comme tout jeu du genre, l’intrigue repose sur une grande quantité de dialogues matérialisés par des plans fixes et légèrement animés. Au fil de l’aventure, le joueur recueille le témoignage des personnes qu’il croise et s’ouvre l’accès à de nouveaux lieux, qu’il s’agisse de zones d’interrogatoires ou de niveaux labyrinthiques constitués de plusieurs étages. Dans l’esprit, The Lost Child est à l’image des productions Kadokawa, c’est-à-dire avec une approche très japonaise, de multiples menus à l’interface pas toujours claire et, malheureusement, une absence totale de traduction en français. Malgré tout, son ambiance prenante et son histoire intéressante font qu’on plonge sans mal dans ces donjons énigmatiques. Quelques heures suffisent toutefois pour s’apercevoir que le jeu ne réinvente pas le genre. Au contraire, il ne fait que s’appuyer sur des poncifs vus et revus avec une narration qui manque de percussion. Et ce classicisme se retrouve dans son gameplay

The Lost Child : Investigations chimériquesThe Lost Child : Investigations chimériques

The Lost Child se déroule en plusieurs parties distinctes. Journaliste oblige, Hayato doit enquêter dans différents lieux afin d’obtenir des informations cruciales pour le bon déroulement de ses investigations. Ces dialogues, matérialisés sous la forme d’un visual novel, donnent ensuite accès aux layers, des espaces en 3D que l’on explore case par case en vue subjective. Ces donjons, constitués de couloirs, de portes et de salles, ont quelques particularités comme des mécanismes à activer dans le but de s’ouvrir des passages bloqués ou encore des chariots de transport pour les déplacements rapides. On passe ainsi des heures à arpenter ces zones vastes en essayant de trouver les escaliers qui mènent aux étages inférieurs (car oui, on ne monte pas dans The Lost Child, on descend sous terre). Et bien évidemment, ces escapades ne sont pas des promenades de santé…

The Lost Child : Investigations chimériquesThe Lost Child : Investigations chimériquesThe Lost Child : Investigations chimériques

INVOCATIONS

En chemin, vous rencontrez donc diverses créatures. Ces ennemis peuvent être, selon vos envies, détruits ou capturés. Le héros possède en effet une arme spéciale (le Gangour, qu’il a trouvé dans la valise) lui permettant de combattre ou de s’emparer des adversaires qu’il affronte. Mis en « quarantaine », ces derniers doivent ensuite être purifiés de manière à ce qu’ils puissent rejoindre vos rangs. The Lost Child permet ainsi, en plus des deux protagonistes principaux, de monter une équipe de démons capturés, pour traverser des zones toujours plus hostiles et dangereuses. Enfin, dangereuses, c’est vite dit. La progression n’est pas franchement difficile, car vous êtes généralement en surnombre face aux opposants que vous rencontrez. Ensuite, les boss, bien qu’imposants, ne sont guère résistants. Par conséquent, on a beau avoir à disposition toutes les options du JRPG classique (l’XP, l’équipement à améliorer, l’inventaire à gérer, les créatures à entraîner…), l’approche stratégique est quasiment nulle. Certes, le principe de karma — avec son système de couleurs — est original, mais il manque de clarté. Il aurait fallu une mécanique plus instinctive afin d'améliorer les capacités de ses créatures.

The Lost Child : Investigations chimériquesThe Lost Child : Investigations chimériques

PLUSIEURS GÉNÉRATIONS DE RETARD

En dépit d’une atmosphère musicale vraiment réussie, The Lost Child souffre d’une réalisation très en deçà de ce qu’on peut attendre d’un titre de 2018. Il est vrai que le genre dungeon-crawler n’a jamais été un modèle de graphismes, cependant le résultat est ici d’une pauvreté totale. Environnements vides, textures fadasses, effet de flou (blur) omniprésent, direction artistique parfois discutable… il y avait vraiment mieux à faire. Comme on passe le plus clair de notre temps dans les donjons, on pouvait espérer que ces derniers soient détaillés et variés, néanmoins il n’en est rien.

Les notes
+Points positifs
  • Les musiques vraiment réussies
  • Les personnages d'El Shaddai
  • Intrigue plaisante
  • Le principe de capture et d'invocation
-Points négatifs
  • Direction artistique en dents de scie
  • Manque de challenge
  • Complètement dépassé graphiquement
  • Donjons fades et sans vie
  • Interface trop chargée

Souffrant d’une réalisation datée, The Lost Child ne parvient pas à fédérer sur la longueur, la faute à des mécaniques peu innovantes et une difficulté en filigrane. Si le genre se veut répétitif par nature, le titre aurait mérité des donjons et affrontements plus enthousiasmants. Les inspirations à la Shin Megami Tensei sont palpables, mais l’élève n’a pas les reins assez solides pour dépasser le maître. Reste une ambiance et des musiques franchement plaisantes et une intrigue — sur fond d’enquête — qui ne manque pas d’intérêt.

Profil de Ayden_
L'avis de Ayden_
MP
Journaliste sup-ss.com
09 juillet 2018 à 18:00:00
11/20
Lecteurs sup-ss.com
L'avis des lecteurs (2)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
19.5/20
Mis à jour le 09/07/2018
PlayStation 4 Nintendo Switch RPG Crim Kadokawa Games
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Luigi's Mansion 3DS : Le mode coopération pas vraiment au point
    3DS
  • Aperçu : Super Mario Party : Le retour aux sources tant attendu ?
    SWITCH
  • Aperçu : Children of Morta : Le roguelike devient une affaire de famille
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
Derniers aperçus
sup-ss.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Red Dead Redemption II
    PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Assassin's Creed Odyssey
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • FIFA 19
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
    Vidéo - Gaming Live